Le projet H&S Blueprint propose des formations Santé et Sécurité adaptées aux nouveaux besoins des « professionnels verts »

Après deux ans de travaux, la Fundación Laboral de la Construcción (FLC) a clôturé l’initiative H&S Blueprint piloté par l’Agence Exécutive pour les Petites et Moyennes Entreprises (EASME) de la Commission européenne (CE).

Le projet H&S Blueprint a pris fin après 22 mois de travaux. Sur cette période, un cadre de formation complet et actualisé a été développé sur les besoins émergeant en santé et sécurité, notamment au regard des nouveaux matériaux du bâtiment, de l’isolation, de la technologie et des processus individuels. Le résultat est une formation en ligne approuvée par la CE, qui se compose de huit modules, divisé en trois domaines (matériaux, activités et déchets), développés en anglais et en espagnol :

  1. Matériaux :
    • Module 1 : Isolation et Matériaux d’Étanchéité ;
    • Module 2 : Matériaux de Finition ;
    • Module 3 : Matériaux Bitumeux ;
    • Module 4 : Matériaux Durables.
  2. Activités :
    • Module 5 : Activités d’Isolation ;
    • Module 6 : Toitures Vertes Inversées ;
    • Module 7 : Systèmes à Énergies Renouvelables.
  3. Déchets :
    • Module 8 : Gestion des Déchets.

En plus des deux langues mentionnées, les modules 1, 2 et 7 ont également été traduits en italien, français, allemand et polonais.

Tous les modules ont été développés par une équipe pluridisciplinaire de la FLC afin d’offrir des formations adéquates aux professionnels du secteur en Europe, qui pourront ainsi actualiser et renforcer leurs connaissances en termes de Santé et Sécurité au Travail (SST) dans le nouveau secteur de la construction, au sein duquel les valeurs numériques et collaboratives sont prioritaires.

Objectif : vers un secteur sûr

Avec pour objectif de « réaliser un secteur sûr », l’EASME a lancé l’appel d’offres Health & Safety Blueprint, attribué à la FLC le 7 décembre 2018, et qui complète le « Cadre Stratégique pour les compétences professionnelles dans l’industrie de la construction ». Développé dans le cadre du projet Construction Blueprint, également piloté par la FLC, le projet réunit 24 partenaires de 12 pays européens (Espagne, Allemagne, Belgique, Slovénie, Finlande, France, Grèce, Irlande, Italie, Lituanie, Pologne et Portugal), dont des représentants du secteur européen de la construction tels que la FIEC (Fédération de l’Industrie Européenne de la Construction), la FETBB (Fédération Européenne des Travailleurs du Bâtiment et du Bois) et EBC (European Builders Confederation).

La FLC, en tant que membre de l’Alliance sectorielle pour les compétences, a reçu le soutien des institutions européennes participant au projet Construction Blueprint, qui considèrent essentiel d’aborder le sujet de la santé et la sécurité dans le nouveau secteur de la construction. Ainsi, son site internet inclut les principales avancées du projet H&S Blueprint, ce qui lui confère un espace important au sein du portail.

Image positive du secteur

Le projet H&S Blueprint comptait, parmi ses objectifs, celui de raviver l’image du secteur de la construction, en offrant une vision actualisée et numérique du secteur.

Cet objectif a été abordé par la FLC qui a encouragé la diffusion et la participation à des événements sur le secteur et ses nouvelles avancées. Certains de ces événements sont : la réunion de gestion du projet Mental Health in the World of Construction, organisé par la FIEC et la FETBB en mars 2019 à Bruxelles ; ou la participation à la conférence « compétences numériques dans le secteur européen de la construction et de la transformation énergétique » organisée par « Build Up », le portail européen de la CE pour l’efficacité énergétique dans les bâtiments, à la Foire internationale Construmat, à Barcelone le 16 mai 2019. De plus, la FLC a participé à des réunions de suivi d’autres projets sectoriels internationaux, à des réseaux internationaux tels que la Conférence sur le Développement de Projets (CPD) et les réunions européennes organisées par EASME, et aux groupes de travail de l’Association européenne des institutions partiaires (AEIP).

Parmi les résultats obtenus, concernant la transmission d’une image positive du secteur, il y a eu la participation d’environ 200 personnes aux formations pilotes Health & Safety Blueprint, lancées en ligne le 2 septembre 2020. Cela démontre l’intérêt du public pour le projet, ainsi que le besoin d’améliorer leurs compétences qu’avaient les professionnels ou les futurs travailleurs du secteur.

Promotion de l’apprentissage

Le marché du travail actuel requiert des professionnels une actualisation de leurs connaissances et compétences en santé et sécurité nécessaires à la construction durable, à la numérisation et aux nouveaux matériaux, exigées par les entreprises. C’est pourquoi 198 personnes – sur les 470 inscrites – ont suivi, en ligne et gratuitement, les trois formations pilotes H&S Blueprint axées sur les matériaux d’isolation et d’étanchéité (15 heures d’enseignement), les matériaux de finition (15 heures) et les systèmes d’énergie renouvelable (25 heures).

Stratégie sectorielle

Dans le cadre de son engagement envers le secteur, le projet européen H&S Blueprint a organisé, le 3 octobre 2019 à Bruxelles, la réunion des parties prenantes « Stratégie sectorielle sur les qualifications : mesures de soutien pour le secteur de la construction », organisée conjointement par la FLC et la CE.

L’événement a compté sur la participation de conférenciers experts, parmi lesquels : Fulvia Raffaelli, directrice du département du Marché intérieur, industrie, entreprenariat et PME de la CE ; Brenda O’Brien, directrice de l’Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail (OSHA) à Bruxelles ; et Jan Cromwijk, coordinateur de projet au centre de connaissance sur les services de construction néerlandais ISSO.

La discussion, qui s’est concentrée sur la nécessité de fournir une formation spécialisée en matière de sécurité et de santé pour les nouveaux emplois « verts », a permis de mettre en évidence le défi actuel du secteur au niveau international : accroître l’attractivité du secteur et générer une main-d’œuvre qualifiée, contribuant ainsi à la durabilité de la planète.

Menu